Rapport sur le marché immobilier de CSL fournit des faits, des chiffres et des estimations sur le marché des investissements, du logement et des bureaux en Suisse et en particulier dans la région économique de Zurich. Le Rapport sur le marché immobilier de CSL est fondé sur un large éventail de loyers et de prix, de données provenant des bureaux de statistique et d'évaluations effectuées par des participants expérimentés du marché, des promoteurs économiques et des experts. De plus, les résultats d'entrevues d'experts avec des intervenants clés du secteur sont incorporés.
 
Enfin, et ce n'est pas le moins important, elle reflète également l'expérience acquise par nos employés dans leur travail quotidien.

Marché de l'investissement Suisse

Malgré cette évolution des taux, les prix de l’immobilier ont augmenté moins fortement que prévu. L’effet inflationniste de la baisse des taux est d’une part atténué par les risques de marché croissants hors des pôles centraux. D’autre part, le prix d’achat des biens idéalement situés ne laisse pas beaucoup de marge de progression.

En 2019, un marché des transactions plus liquide s’est opposé à la pression constante sur les prix, avec un nombre de ventes élevé et des transactions de gros volume. De nombreux propriétaires immobiliers ont profité de la situation du marché pour optimiser leur portefeuille ou réaliser des plus-values les recentrant sur leur cœur de métier en cédant des immeubles d’exploitation. 

De plus, un tiers des investisseurs interrogés ont accru leurs investissements dans des projets de développement, en grande partie pour dégager des rendements plus élevés. Près d’un tiers des investisseurs ont accru leurs investissements au sein de leur portefeuille, tandis que les deux-tiers restants les ont maintenu au même niveau que l’année précédente. Par ailleurs, un nombre croissant d’acteurs a délaissé le marché suisse enclavé en investissant à l’étranger , de manière à se diversifier davantage et profiter de rendements supérieurs.

La majorité des investisseurs interrogés s’attendent à de nouvelles pressions sur les rendements si la BNS réduit son taux directeur. Cependant, les pressions croissantes sur les placements du fait de réallocations d’autres classes d’actifs dans le marché immobilier devraient ramener les prix vers le haut à moyen terme sur certains segments.

Du côté des revenus, des défis se multiplient: Les risques de marché tels la vacance et la baisse du niveau des loyers dans les zones moins demandées, le renforcement de la réglementation et la baisse attendue du taux de référence dans le segment du marché de la location réduisent sensiblement les revenus des investisseurs. L’écart va continuer de se creuser entre les investissements immobiliers attrayants et ceux moins recherchés.