Rapport sur le marché immobilier de CSL fournit des faits, des chiffres et des estimations sur le marché des investissements, du logement et des bureaux en Suisse et en particulier dans la région économique de Zurich. Le Rapport sur le marché immobilier de CSL est fondé sur un large éventail de loyers et de prix, de données provenant des bureaux de statistique et d'évaluations effectuées par des participants expérimentés du marché, des promoteurs économiques et des experts. De plus, les résultats d'entrevues d'experts avec des intervenants clés du secteur sont incorporés.
 
Enfin, et ce n'est pas le moins important, elle reflète également l'expérience acquise par nos employés dans leur travail quotidien.

MARCHÉ RÉSIDENTIEL SUISSE 2020

Agglomération Taux de vacance Loyers nets Prix d'achat
Fourchette de prix
CHF/m² par an
Fourchette de prix
CHF/m²
Aarau 2.7 % 165  –  280 4 600  –  8 800
Baden 2.0 % 170  –  310 5 000  –  9 500
Bâle 1.2 % 180  –  320 4 500  –  10 600
Berne 1.3 % 170  –  315 4 300 –  9 300
Bienne 2.8 % 155  –  250 3 700  –  7 900
Coire 1.5 % 160  –  300 4 200  –  9 300
Fribourg 1.9 % 160  –  305 4 300  –  7 600
Genève 0.6 % 240 – 510 7 000  –  16 600
Lausanne 0.7 % 200 –  420 5 500  –  12 200
Lugano 2.3 % 165  –  340 4 400  – 12 500
Lucerne 1.4 % 180  –  340 5 700  – 11 400
Neuchâtel 1.8 % 155  –  300 4 400  –  8 200
Olten-Zofingue 4.0 % 150  –  250 3 700  –  7 400
Schaffhouse 2.3 % 145  –  250 4 100  –  8 000
Soleure 3.2 % 145  –  255 3 700  –  6 700
Saint-Gall 2.3 % 145  –  275 3 800–  8 500
Thoune 0.9 % 180  –  275 4 700  –  9 500
Winterthour 0.8 % 185  –  335 5 500  –  9 900
Zoug 0.5 % 230  –  430 7 100 – 15 100
Zurich 0.9 % 195  –  450 5 800  – 13 100

MARCHÉ RÉSIDENTIEL SUISSE 2020

L’évolution préoccupante du taux de vacance dans de nombreuses zones du marché a légèrement ralenti en 2019, de même que l’activité du bâtiment. Le taux de vacance national n’a une fois encore que peu augmenté, passant de 1,62% à 1,66%. Cependant, la levée de la menace n’est pas encore en vue, compte tenu du déséquilibre de marché qui prévaut dans de nombreuses régions. Le taux de vacance le plus élevé a été enregistré par l’agglomération de Soleure, avec une valeur supérieure au seuil des 3%. Soleure est suivie de Bienne et d’Aarau, qui s’établissent juste en-dessous de ce niveau. À l’inverse, le taux de vacance est inférieur à 1% dans les marchés résidentiels tendus comme les agglomérations de Zoug, Genève, Lausanne et Zurich. Ces évolutions se sont reflétés dans les niveaux des loyers des différentes régions. Toutefois, les changements ont été relativement limités. Cela s’explique notamment par les tendances d’évolution qui opposent les centres et les zones moins attractives au sein des régions et qui finissent se compenser mutuellement. La qualité de la situation particulière locale, notamment l’accès aux transports publics, est le facteur le plus important dans le choix d’un logement pour les locataires. La demande de logements en propriété demeure élevée en raison de la faiblesse des taux. En 2019, les prix d’achat ont encore augmenté. Compte tenu des critères sévères régissant l’octroi des prêts et du niveau élevé des prix, l’achat est devenu inabordable pour une large part de la population. Les biens présentant à la fois un rapport qualité prix attrayant et un bon accès aux transports publics sont particulièrement rares. Pour 2020, nous prévoyons une poursuite de la hausse des prix sur l’ensemble du territoire, tandis que sur le segment de l’immobilier locatif l’écart continuera de se creuser entre les marchés en hausse et les marchés en baisse. ¬Dans de nombreux endroits, l’augmentation de l’offre aura un effet sensible sur le niveau des loyers. De plus, on peut tabler sur une baisse du taux de référence durant l’année en cours. Les revenus locatifs des investisseurs vont donc se réduire de façon généralisée.
"Le public cible jeune en particulier prête de plus en plus attention à l’apparence extérieure et intérieure de son logement et affiche une forte propension à déménager. Les propriétaires doivent donc être prêts à investir dans l’entretien du bien peu d’années après la première entrée en location s’ils veulent rester concurrentiels."
Annica Anna Pohl
Responsable Commercialisation de logements
"Le financement de l’immobilier est un défi pour un nombre croissant d’acheteurs potentiels. Il y a une grande sensibilité aux prix dans ce domaine. Cependant, les acheteurs dans des endroits très recherchéssont toujours prêts à payer des prix élevés."
Giuliana De Rinaldis
Représentation commercialisation de l'immobilier résidentiel et commercial, Partenaire

Video, marché résidentiel

Apprenez-en plus sur nos dernières découvertes en matière de marketing au quotidien.